Photo blog

Articles tagués “Ligue des Droits et Libertés (Section Québec)

Image

Seconde vigile de solidarité avec Guy Blouin à Place du Parvis dans St-Roch.

Seconde vigile de solidarité avec Guy Blouin, le cycliste tué lors de la manoeuvre d’une auto-patrouille du SPVQ le 4 septembre 2014 à l’angle des rues du Parvis et Saint-François.

_DSC5011-webc _DSC5014-webc _DSC5032-webc _DSC5033-webc _DSC5040-webc _DSC5048-webc _DSC5056-webc _DSC5059-webc

Le curé de St-Roch.

_DSC5113-webc _DSC5118-webc _DSC5147-webc _DSC5149-webc _DSC5185-webc _DSC5190-webc _DSC5199-webc _DSC5222-webc _DSC5227-webc _DSC5235-webc _DSC5244-webc _DSC5261-webc _DSC5269-webc _DSC5279-webc _DSC5284-webc _DSC5293-webc _DSC5314-webc

Une manifestation nocturne avait aussi lieue en soirée. Photos à venir. 🙂

Publicités

Image

Opération «Flânage citoyen» de la Ligue des droits et libertés

La Section de Québec de la Ligue des droits et libertés tenait le 26 juin dernier une activité de «Flânage citoyen» contre le profilage social. Selon leur porte-parole, Françoise Laforce, intervenante en judiciarisation, un règlement de la Ville interdisant de flâner, vagabonder ou dormir en public engendre une discrimination sociale envers des personnes sans-domicile fixe et marginaux parce que son application réprime des comportements qui leur sont pratiquement incontournables. S’ajoute à cela un endettement judiciaire supplémentaire puisqu’ils sont généralement incapables de payer les contraventions. De plus, ce règlement cautionne l’exclusion sociale au lieu de la mixité.

Article 5 du règlement 1091 sur la paix et le bon ordre de la Ville de Québec:

« 5. Il est interdit à une personne, sans motif raisonnable dont la preuve lui incombe, de flâner, de vagabonder ou de dormir dans une rue ou dans un endroit public.

Pour les fins du présent article, est considéré comme flânant ou vagabondant, une personne qui se trouve dans un des lieux mentionnés au premier alinéa, sans l’autorisation du propriétaire ou de l’occupant des lieux. La preuve de cette autorisation incombe à la personne considérée comme flânant ou vagabondant.

Une personne doit quitter les lieux lorsqu’elle est requise de le faire par le propriétaire ou l’occupant des lieux.

Selon un témoignage, des policiers en uniforme se seraient présentés tôt le matin et auraient effectués des contrôles d’identité de «flâneurs» de la Place du Parvis.

_DSC1654-webc _DSC1660-webc _DSC1664b-webc _DSC1674-webc _DSC1682-webc _DSC1685b-webc

Françoise Laforce, intervenante en judiciarisation à la Ligue des Droits et Libertés (Section de Québec)

_DSC1732-webcParmi les différentes activités de l’évènement, des citoyens en ont aussi profité pour préparer le Parvis en fête présenté par la Table de concertation L’EnGrEnAgE de Saint-Roch.

 


La Ligue des Droits et Libertés, Section de Québec (LDL-Qc), interpelle la Commission des droits de la personne quant au respect de la liberté d’expression

Communiqué original
par Ligue des droits et libertés (Section de Québec), vendredi 26 octobre 2012, 14:10 ·

Le vendredi 26 octobre 2012 – La Ligue des droits et libertés, section de Québec (LDL-Qc) dépose cet après-midi une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) au nom de 37 personnes arrêtées le 27 avril dernier pour atteinte à la liberté d’expression. En effet, nous considérons que l’arrestation de masse qui a eu lieu lors de cette manifestation pacifique constituait un geste d’intimidation, un message clair envoyé aux manifestant(e)s.

En font foi les événements mêmes, mais aussi les commentaires du chef de la police quelques jours après les événements : « Ils payent pour ce qu’ils ont fait. Mais si ça peut servir à dissuader d’autres […]. »[i]. « On peut se demander quel message le SPVQ a tenté de passer lors de cette journée : le message que le vandalisme ne serait pas toléré (ce qui ne s’applique aucunement ici) ou le message que l’expression publique de l’opposition aux hausses des frais de scolarité était soumis à l’arbitraire policier ? » ajoute Sébastien Harvey, coordonnateur de la LDL-Qc. Selon Camille Godbout du Front régional d’action à Québec de l’ASSÉ (FRAQ-ASSÉ) « les arrestations faites lors de la manifestation féministe du 27 avril dernier, ne furent qu’un exemple parmi tant d’autres de la judiciarisation de la lutte des étudiantes et des femmes pour une vraie justice ».

Le 27 avril 2012, les policiers du SPVQ ont procédé à l’arrestation de 81 personnes (sur à peu près 125) pour entrave à la circulation, cela malgré le calme et l’absence de menace. Les manifestant(e)s prévoyaient un trajet qui aurait perturbé – sans la bloquer – la circulation pour un trajet d’au plus 15 minutes. Le choix de ce trajet étant justifié par le message féministe qui s’adressait à la ministre responsable de la condition féminie sise au 225, Grande-Allée Est. Plusieurs ont souligné l’ironie de l’encerclement policier qui a occupé toute la largeur de la voie publique pendant près de trois heures… pour éviter que des manifestant(e)s n’entravent la circulation. Non seulement les arrestations avaient un caractère discriminatoire ponctuel, mais elles s’inscrivent dans un contexte généralisé. Elles étaient utilisées de façon abusive et arbitraire afin de réprimer un mouvement de contestation sociale et d’en dissuader la participation.

La LDL-Qc, qui avait déjà travaillé à réunir et informer les personnes arrêtées lors des différentes manifestations qui ont eu lieu au printemps, a pris la décision de parrainer cette plainte pour son caractère emblématique de la répression du mouvement étudiant. En effet, son caractère bon enfant rend d’autant plus évidente la volonté de taire le message d’une partie de la population.

Les manifestant(e)s ont effectivement vécu ces événements comme une intimidation claire : l’aspect inattendu et injustifié de l’encerclement, le fait d’avoir été gardé debout dans la rue pendant plus de deux heures pour certains, le fait d’avoir à y tolérer le froid, la soif et l’impossibilité d’aller aux toilettes (même arrivé au poste de police), le fait d’être séquestré dans un autobus sans savoir pour combien de temps, le fait de recevoir une amende de plusieurs centaines de dollars et, pour plusieurs, le fait d’être vu à la télé « escorté par la police comme si nous étions des criminels ».

Tel que nous le rappelions le 27 avril dernier,  le droit de manifester est garanti à toute personne en vertu de l’article 3 de la Charte des droits et libertés du Québec, loi quasi constitutionnelle qui prévaut sur les autres loi et règlements y compris le code de la sécurité routière ici invoqué. Règlement qui a été largement utilisé dans l’ensemble du Québec et qui est d’ailleurs présentement contesté.

Nous espérons que la Commission amènera cette cause devant le tribunal des droits de la personne afin de démontrer qu’il y a eu effectivement discrimination dans l’exercice du droit à la liberté d’expression fondée sur des convictions politiques.

[i] Le Soleil, 6 mai 2012.

_DSC0848-web
Publication dans le Journal Droit de Parole, édition de novembre 2012.