Photo blog

Articles tagués “Loi78

Nouvelle cyber-attaque contre le SPVM – réponse des auteurs

« À qui de droit:

En réponse aux déclarations avancées par Ian Lafrenière au sujet des récentes collectes et distributions d’information sur les employés du SPVM:
In response to the statements put forth by Ian Lafrenière regarding the recent gathering and distribution of information on employees of the SPVM:

Après un cas récent de distribution d’information sur des policiers accusés d’actes brutaux à travers le fichier d’échange d’information Dropbox, le porte-parole Ian Lafrenière a fait une suite de déclarations au nom du Service de Police de la Ville de Montréal. Ces déclarations rendent évidente l’étendue des manipulations, fabrications et corruptions qu’entreprendra le SPVM pour protéger l’Organisation et ses Employés. Qu’il soit connu que Mr. Lafrenière a fait une déclaration initiale aux médias ( trouvable ici: http://http://http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201302/18/01-4623001-nouvelle-cyberattaque-contre-le-spvm.php ) en Février après une première fuite ( trouvable ici: http://pastebin.com/MFnAfLDf ) un documentant contenant les noms, positions, numéros d’immatriculation et téléphones de tous les employés du SPVM. Dans cette déclaration, autant Mr. Lafrenière que Yves Francoeur, le porte-parole de l’Union [ou la Fratenité?], ont dit que l’information n’était pas seulement confidentielle mais qu’une enquête était en cours sur le vol de l’information en coopération avec la Sureté du Québec et le Canadian Security Intelligence Service (CSIS). Maintenant Mr. Lafrenière déclare que l’information est disponible sur leur site web, malheureusement nous avons été incapables de localiser sur le site web du SPVM l’information que Mr. Lafrenière prétend être disponible. La seule raison pour laquelle cette information est publique, est parce que nous l’avons rendue publique, ce que le SPVM a refusé de faire.

Avec ces récents événements, il y a plusieurs choses que nous voudrions mettre au clair pour le public.

Premièrement, Mr. Lafrenière et quiconque associé à ce cas, nous ne sommes pas des « Hackers » et nous ne sommes pas des « Cyber-Terroristes ». Il est malheureux que notre propre Police soit devenue si victimisée par le public qu’elle soit incapable de déchiffrer non seulement qui enquête sur eux, mais comment. Les doutes envers le SPVM se trouvent même à travers ses propres rangs, l’information que nous relâchons, compilons et distribuons étant obtenue avec l’aide des employés du SPVM. Nous n’avons aucune intention d’entrer par infraction dans vos systèmes, parce qu’il n’y a aucune raison d’entrer dans vos systèmes, vos systèmes nous donnent volontairement ce dont nous avons besoin.

Deuxièmement, la compilation d’information récemment libérée dans le fichier Dropbox a été rendue possible avec le Document de 236 pages obtenu en Février et des centaines de contributions de victimes du SPVM au courant de l’année passée. Nous examinons complètement chaque contribution, chaque photographie et chaque accusation portée contre n’importe quel Employé du SPVM. Après une série d’examens, investigations et analyses nous concluons de la légitimité d’une allégation, incluant les accusations de Policier Infiltré en opération pendant les Manifestations. Il est malheureux que les individus identifiés comme Agents Infiltrés soient seulement « connus » du SPVM et pas employés par eux, comme le déclare Mr. Lafrenière. Nous avons plus de preuves pour démontrer que cette déclaration est aussi fausse.

Dernièrement, Mr. Lafrenière a déclaré qu’une base de données d’information est de l’intimidation et que notre groupe sera tenu criminellement responsable. Si le SPVM croit ceci alors nous pouvons conclure que notre travail a été prouvé. Le SPVM a matraqué le peuple de Montréal jusqu’à la soumission, intimidant chacun de nos gestes par les menaces d’investigation ou d’arrestation. Ce que le SPVM n’a pas compris est qu’une matraque ne peut laisser des marques que sur nos corps, pas nos bases de données.

Le SPVM n’a pas tenu compte de notre avertissement de retenir leur violence contre le Peuple. Ils ont commis des actes graves de brutalité, d’enlèvement et d’obstruction non seulement pendant les Manifestations contre le Sommet de l’Éducation Supérieure mais aussi à de nombreuses manifestations qui ont suivi, incluant des arrestations arbitraires et préventives ainsi qu’une série d’arrestations de masse. En réponse à cela, nous allons compiler les plaintes et jugements retenus contre divers policiers par le Comité de Déontologie et les ajouter à la base de données Dropbox et nous continuerons de poursuivre notre enquête publique.

Nous ne tolérerons pas de violence contre le peuple, particulièrement venant des chefs corrompus du SPVM. Nous encourageons le public à prendre des photographies, à être observateurs et à rapporter toute violence qu’ils voient effectuée par la Police.

Nous continuerons de défendre la collecte d’information et la mobilisation contre la police jusqu’à ce que la requête pour une enquête publique soit reconnue et acceptée.

Sincèrement,

Le Peuple

—————————————–

To whom it may concern:

In response to the statements put forth by Ian Lafrenière regarding the recent gathering and distribution of information on employees of the SPVM:

After a recent information distribution on police accused of brutal acts through the information sharing file, DropBox, spokesperson Cmdr. Ian Lafrenière stated on behalf of the Service de police de la Ville de Montréal a series of claims. Through these claims it is evident the extent of manipulation, fabrication and corruption the SPVM will take to protect their Organization and the Employees of it. It should be known that Mr. Lafrenière made an initial statement to the Media ( found here: http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201302/18/01-4623001-nouvelle-cyberattaque-contre-le-spvm.php ) in February after an initial leak ( found here: http://pastebin.com/MFnAfLDf ) a document containing the names, positions, registration numbers and phone numbers of all SPVM employees. In this statement both Mr. Lafrenière and the Union spokesperson, Yves Francoeur stated the information was not only confidential but an investigation was on-going into the theft of the information in cooperation with the Sûreté du Québec and Canadian Security Intelligence Service (CSIS). Now Mr. Lafrenière states that the information is obtainable through their website, unfortunately we were unable to locate on the SPVM website any of the information Mr. Lafrenière has claimed is availble. The only reason the information is public, is because we made it public, something the SPVM have refused to do.

With these recent events, there are some things we would like to clarify for the public.

Firstly, Mr. Lafrenière and anyone else involved in this case, we are not « Hackers » nor are we « Cyber-Terrorists ». It is unfortunate that our own Police have become so victimized by the public that they are unable to decipher not only who is investigating them, but how. The doubt against the SPVM runs through its own ranks, the information we release, compile and distribute is obtained through the help of the SPVM’s employees. We have no intention of breaking into your systems, for there is no need to break into your systems, your systems willingly give us what we need.

Secondly, the compilation of information in the DropBox File recently released was made possible through the 236 page Document obtained in Feburary as well hundreds of contributions by victims of the SPVM through the past year. We thoroughly examine each contribution, each photograph and each accusation lodged against any SPVM Employee. After a series of examinations, investigations and analysis we conclude the legitamacy of an allegation, including the accusations of Undercover Police operating during Demonstrations. It is unfortunate that the individuals identified as Undercover Operatives are only « known » by the SPVM and not employed by them, as Mr. Lafrenière states. We have further evidence to indicate this statement is also false.

Lastly, Mr. Lafrenière has stated that a database of information is intimidation and our group will be held criminally responsible. If the SPVM believes this then we can conclude our work has proved our exact point. The SPVM have clubbed the people of Montreal into submission, intimidating our every move with the threat of investigation or arrest. What the SPVM failed to acknowledge is that a baton is only capable of leaving marks on our bodies, not our databases.

The SPVM did not heed our warning to restrain violence against People. They have committed serious acts of brutality, kidnapping and obstruction during not only the Protests against the Summit of Higher Education but as well as numerous demonstrations that followed, including arbitrary and preemptive arrests as well as a series of mass arrests. In response, we will be adding collected complaints ruled against various police by the Comité de Déontologie to the DropBox Database and will continue to pursuit a public inquiry.

We will not tolerate violence against people, especially from the corrupt leaders of the SPVM. We encourage the public to take photographs, to be observant and to report any violence they see carried out by Police.

We will continue to advocate the collection of information and the mobilization against police until the request of a public inquiry is acknowledged and accepted.

Sincerely,

The People

http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201302/18/01-4623001-nouvelle-cyberattaque-contre-le-spvm.php

http://www.cbc.ca/news/canada/montreal/story/2013/03/20/montreal-police-spvm-website-hacked.html

http://pastebin.com/MFnAfLDf

Publicités

DÉRIVES

603959_475613302486568_2024024478_n

https://www.facebook.com/99media.org


La Ligue des Droits et Libertés, Section de Québec (LDL-Qc), interpelle la Commission des droits de la personne quant au respect de la liberté d’expression

Communiqué original
par Ligue des droits et libertés (Section de Québec), vendredi 26 octobre 2012, 14:10 ·

Le vendredi 26 octobre 2012 – La Ligue des droits et libertés, section de Québec (LDL-Qc) dépose cet après-midi une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) au nom de 37 personnes arrêtées le 27 avril dernier pour atteinte à la liberté d’expression. En effet, nous considérons que l’arrestation de masse qui a eu lieu lors de cette manifestation pacifique constituait un geste d’intimidation, un message clair envoyé aux manifestant(e)s.

En font foi les événements mêmes, mais aussi les commentaires du chef de la police quelques jours après les événements : « Ils payent pour ce qu’ils ont fait. Mais si ça peut servir à dissuader d’autres […]. »[i]. « On peut se demander quel message le SPVQ a tenté de passer lors de cette journée : le message que le vandalisme ne serait pas toléré (ce qui ne s’applique aucunement ici) ou le message que l’expression publique de l’opposition aux hausses des frais de scolarité était soumis à l’arbitraire policier ? » ajoute Sébastien Harvey, coordonnateur de la LDL-Qc. Selon Camille Godbout du Front régional d’action à Québec de l’ASSÉ (FRAQ-ASSÉ) « les arrestations faites lors de la manifestation féministe du 27 avril dernier, ne furent qu’un exemple parmi tant d’autres de la judiciarisation de la lutte des étudiantes et des femmes pour une vraie justice ».

Le 27 avril 2012, les policiers du SPVQ ont procédé à l’arrestation de 81 personnes (sur à peu près 125) pour entrave à la circulation, cela malgré le calme et l’absence de menace. Les manifestant(e)s prévoyaient un trajet qui aurait perturbé – sans la bloquer – la circulation pour un trajet d’au plus 15 minutes. Le choix de ce trajet étant justifié par le message féministe qui s’adressait à la ministre responsable de la condition féminie sise au 225, Grande-Allée Est. Plusieurs ont souligné l’ironie de l’encerclement policier qui a occupé toute la largeur de la voie publique pendant près de trois heures… pour éviter que des manifestant(e)s n’entravent la circulation. Non seulement les arrestations avaient un caractère discriminatoire ponctuel, mais elles s’inscrivent dans un contexte généralisé. Elles étaient utilisées de façon abusive et arbitraire afin de réprimer un mouvement de contestation sociale et d’en dissuader la participation.

La LDL-Qc, qui avait déjà travaillé à réunir et informer les personnes arrêtées lors des différentes manifestations qui ont eu lieu au printemps, a pris la décision de parrainer cette plainte pour son caractère emblématique de la répression du mouvement étudiant. En effet, son caractère bon enfant rend d’autant plus évidente la volonté de taire le message d’une partie de la population.

Les manifestant(e)s ont effectivement vécu ces événements comme une intimidation claire : l’aspect inattendu et injustifié de l’encerclement, le fait d’avoir été gardé debout dans la rue pendant plus de deux heures pour certains, le fait d’avoir à y tolérer le froid, la soif et l’impossibilité d’aller aux toilettes (même arrivé au poste de police), le fait d’être séquestré dans un autobus sans savoir pour combien de temps, le fait de recevoir une amende de plusieurs centaines de dollars et, pour plusieurs, le fait d’être vu à la télé « escorté par la police comme si nous étions des criminels ».

Tel que nous le rappelions le 27 avril dernier,  le droit de manifester est garanti à toute personne en vertu de l’article 3 de la Charte des droits et libertés du Québec, loi quasi constitutionnelle qui prévaut sur les autres loi et règlements y compris le code de la sécurité routière ici invoqué. Règlement qui a été largement utilisé dans l’ensemble du Québec et qui est d’ailleurs présentement contesté.

Nous espérons que la Commission amènera cette cause devant le tribunal des droits de la personne afin de démontrer qu’il y a eu effectivement discrimination dans l’exercice du droit à la liberté d’expression fondée sur des convictions politiques.

[i] Le Soleil, 6 mai 2012.

_DSC0848-web
Publication dans le Journal Droit de Parole, édition de novembre 2012.

99%Média demande une enquête publique indépendante sur les agissements policiers durant la grève étudiante de 2012

par OM99% Media – www.om99media.org, mardi 13 novembre 2012, 01:25

COMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate

99%MÉDIA DEMANDE UNE ENQUÊTE PUBLIQUE INDÉPENDANTE SUR LES AGISSEMENTS POLICIERS DURANT LA GRÈVE ÉTUDIANTE DE 2012.

Montréal, le 13 Novembre 2012

Les journalistes et vidéastes du groupe 99%Média ont suivi les actions et manifestations étudiantes depuis le début de la grève. Ils peuvent témoigner d’un nombre inquiétant de comportements policiers (SPVM, SPVQ, SPVG, SQ) allant à l’encontre de l’éthique déontologique qu’impose la profession.

99%Média a souvent été en première ligne pour constater certains abus et, grâce à son réseau de collaborateurs, il a entendu, lu ou visionné plusieurs témoignages relatant autant de comportements inacceptables. Plusieurs membres des forces policières ont refusé à répétition de s’identifier, ont procédé à des arrestations arbitraires ou sans fondements, ont usé d’intimidation et d’insultes envers des manifestants pacifiques, ont fait du profilage politique selon l’apparence ou le port de certains symboles (ex.: carré rouge, carré noir), ont fouillé illégalement des personnes qui n’étaient pas en état d’arrestation, ont utilisé une force excessive et sont même allés jusqu’à refuser de porter assistance aux victimes de cette violence policière. Les droits fondamentaux de liberté d’expression, de sécurité du public, de manifestation pacifique, de liberté d’association et même de liberté de presse ont été à maintes reprises bafoués par les corps policiers avant, pendant et même après la grève étudiante. Le code de déontologie policier s’est avéré un outil inefficace de contrôle de la moralité des services qu’il régit et le mécanisme de plainte actuel avantage nettement les contrevenants. L’impunité dont ont fait preuves plusieurs policiers, dont la plupart ne sont pas identifiables, a contribué grandement à la détérioration du lien de confiance d’une grande partie de la population envers la police. Certains citoyens ont commencé à se sentir en danger en présence de policiers, ce qui a accentué le climat de confrontation et de méfiance à leur égard, climat dont se sert la police pour justifier une répression accrue lors de manifestations.

Au nom de la sécurité du public, les forces policières se sont targuées d’être efficaces. Au contraire, plusieurs fautifs ont pu s’en tirer et plusieurs innocents ont payé à leur place le prix de la violence et du mépris. Le manque de discernement de plusieurs policiers et l’usage de tactiques douteuses ont clairement montré qu’il s’agissait dans la plupart des cas de répression d’une contestation légitime et non d’ordre public. Les souricières empêchant les gens de se disperser ont été monnaie courante, mais il y a eu aussi des interventions beaucoup plus dangereuses : les charges de cavalerie mal maitrisées, des motos et voitures de police fonçant dans la foule, des balles de plastique ou des grenades assourdissantes lancées aux visages des gens. Ces dernières actions auraient pu causer des morts. Ce ne fut pas le cas, mais on ne peut s’en réjouir, car il y a tout de même eu plusieurs blessés graves. Pour les personnes ayant été blessées et leurs familles, rien ne sera plus jamais comme avant.

De plus, pour tenter de limiter la diffusion des actes répréhensibles de certains policiers, les représentants des médias indépendants se trouvant en première ligne ont souvent été maltraités, gazés, repoussés ou frappés, parfois de façon clairement intentionnelle. Il a même été rapporté à plusieurs reprises que la police demandait d’effacer le contenu des cartes mémoire des appareils numériques afin de détruire d’éventuelles preuves compromettantes.

Les étudiants, les sympathisants de la cause étudiante et les médias indépendants ne doivent pas être considérés comme des citoyens de seconde zone. Le respect et les droits fondamentaux sont les mêmes pour tous et aucun policier ne devrait se conduire à l’égard de qui que ce soit avec la malveillance dont plusieurs ont fait preuve. Les agissements disgracieux de la police n’ont pas, peu importe le contexte, leur raison d’être. Nous constatons que le code déontologique et le processus de suivi des plaintes ne suffisent plus à encadrer le travail des agents, car on a actuellement affaire à des policiers qui enquêtent sur des policiers, ce qui constitue un conflit d’intérêt. Le système doit changer pour que les policiers aient réellement des comptes à rendre en cas de dérapage.

C’est pourquoi, dans le but d’assainir le travail policier des abus, d’établir une nouvelle façon de traiter les cas d’abus et de rétablir la confiance du public informé, 99%Média se joint à de multiples organismes pour réclamer une enquête publique et indépendante sur les agissements des corps policiers durant la grève étudiante de 2012. De plus, nous réclamons que soit étudiée sérieusement la création d’une entité civile et totalement indépendante ayant pour but de surveiller et statuer officiellement sur les bavures policières.

-30-


Manifestation en soutien à Gabriel Nadeau-Dubois. Amnistie pour les victimes de répression politique au Québec.


Résumé d’après élections?

Même dans l’adversité, la boule de poil surprend par la fraîcheur de son innocence.


Québec, lèves-toi! Indignation Pan-Québécoise (Mise à jour)

Collaborations spéciales de Typhaine Leclerc, Sébastien Lambert, Joeuf69, André Bérubé et Jean-François Dion.

Québec, Québec

Typhaine Leclerc

Environ 150 personnes étaient présentes au point de rassemblement devant le parlement, une centaine sont parties pour débuter une marche vers 21h en se dirigeant vers la rue St-Jean par Honoré-Mercier. Moins de 5 minutes plus tard, le SPVQ procédait à 3 arrestations ciblées (semblerait-il en vertu de l’article 500.1 du Code de la sécurité routière — au moins dans le cas d’un des arrêtés qui me l’a confirmé).

Quelques personnes ont quitté la manif à ce moment là mais plusieurs dizaines ont continué jusqu’au carré d’Youville. De là, on a décidé de rester sur place pour profiter de la couverture médiatique offerte par le téléjournal de radio-can en direct.

À 22h, malgré des attaques et des tentatives d’intimidation successives de la police, du producteur du TJ et surtout, des douche-bags qui traînaient au carré, il restait encore une trentaine de personnes. Finalement, les slogans ont été entendus clairement en direct, au point de faire chigner Céline Galipeau — aussi en direct.

Honte aux gros cons qui s’attaquent aux manifestant-e-s, qu’ils soient en uniforme ou pas. Et dédicace spéciale aux jeunes du secondaires qui formaient le gros de la manif à la fin et qui ne lâchent pas sous la pression.

Devant l’Assemblée nationale du Québec.

Photo: Sébastien Lambert.

En descendant l’avenue Honoré-Mercier.

Vidéo: Joeuf69

Place d’Youville: Le Téléjournal Édition spéciale

Photo: Jean-François Dion

Diffusion de Le Téléjournal Édition spéciale

Vidéo: Joeuf69

http://en.wikipedia.org/wiki/Kilroy_was_here

Capture: André Bérubé

Pour visionner « Le Téléjournal Édition spéciale » avec Céline Galipeau: http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=/medianet/2012/CBFT/Telejournal201209032200.asx&promo=ZAPmedia_Telejournal

Texte précédent:

La veille des élections générales québécoises, des activistes contre la hausse des droits de scolarité, contre la limitation des droits et libertés fondamentales et contre la répression politique et policière se sont donnés rendez-vous dans une casserolade d’envergure pan-québécoise. À Québec un plus d’une centaine s’est réunie en soirée devant l’Assemblée nationale. Plus tard, quelques-uns se sont invités à l’émission de Céline Galipeau à Place d’Youville où ils sont restés en arrière-plan, scandant un bout de temps des “slogans” et en montrant deux bannières rouges.On rapporte entre 3 et 4 interpellations par les policiers du SPVM, dont 2 ou 3 auraient été du type “enlèvement rapide”. Un constat d’infraction aurait été remis à un invidu qui aurait traversé à une intersection alors que le feu était rouge. Les autres recevraient une amende en vertu de l’article 500.1 (ou 500) du code de la sécurité routière “entrave à la voie publique”.

Si la répression politique et policière s’est encore exprimée par l’écrit et manu militari par nos policiers du SPVQ au centre-ville, un rendez-vous spontané dans Limoilou s’est déroulé sans encombre. Cette casserolade a rassemblé autour de 45 citoyennes et citoyens qui ont fait un tintamarre d’environ 45 minutes au carrefour de la 3e Avenue et de la 9e Rue.