Photo blog

Droits et libertés

Image

Vigile de solidarité avec Charlie Hebdo à Québec, QC

Mercredi matin, 7 janvier 2015 à Paris, en France, des tireurs fanatiques religieux entraient au siège du magazine Charlie Hebdo et criblaient de balles et tuaient au moins 12 personnes présentes sur les lieux et en blessaient 11 autres. La réaction de solidarité, de compassion et de défense de la liberté de presse, mais surtout de la liberté tout court ne s’est pas fait attendre et les rassemblement et vigiles se sont vite multipliées. À Québec (Québec, Canada) le rendez-vous lancé dans un court délai était devant le Consulat général de France, 25, rue St-Louis et a su mobiliser environ 300 personnes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

_DSC8874-webcLe sloggan «Je suis Charlie» a su toucher et rassembler beaucoup de gens partout dans le monde. D’autres tenaient des bougies ou lampions allumés ou brandissaient un crayon. #JeSuisCharlie

_DSC8886-webcC’est par -35° Celcius avec de la neige et du vent que les gens se sont assemblés.

_DSC8880-webc_DSC8889-webc _DSC8902-webc _DSC8904-webc _DSC8908-webc _DSC8916-webc _DSC8919-webc _DSC8930-webc _DSC8939-webc _DSC8943-webc _DSC8959-webc _DSC8970-webcLe Consul général de France à Québec, Nicolas Chibaeff.

_DSC8991-webc _DSC9000-webc _DSC9014-webc _DSC9019-webc _DSC9038-webc _DSC9041-webc _DSC9046b-webc Il y en a un qui a cru bon d’apporter une note discordante. À prendre au premier degré? Second degré? Troisième degré? Je ne sais pas, mais à mon avis c’était tout au moins de mauvais goût.


Image

Vigile aux chandelles pour les 43 disparus de Ayotzinapa au Mexique.

Solidaridad con Ayotzinapa / Solidarité avec Ayotzinapa: https://www.facebook.com/events/1533222183582850/?fref=ts

« Que s’est-il passé le 26 septembre? Selon les premiers éléments de l’enquête, les étudiants auraient «emprunté» un bus pour se rendre à une manifestation. Provocateurs, certes, mais non violents. Se sentant visé, le maire de la ville d’Iguala ordonne à la police de leur «donner une leçon». Les étudiants sont arrêtés et trois sont tués sur le champ par les forces de l’ordre locales, dans la confusion du moment. Peu après, quarante-trois jeunes enseignants en formation, parmi lesquels de nombreux «indigènes», sont détenus par la police puis «confiés» aux Guerreros Unidos. »

– Slate France http://www.slate.fr/story/94405/mexique-enlevement-etudiants-ayotzinapa

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Ce jour-là, ils s’étaient rendus à la gare d’Iguala pour obtenir trois autobus supplémentaires et ils ont été interceptés par la police municipale dès la sortie de la ville. Les étudiants en tête du convoi sont descendus du bus pour demander aux policiers de les laisser passer. « Quand nous avons essayé de déplacer leur voiture, ils ont commencé à nous canarder », raconte l’un des élèves. Les policiers ont ouvert le feu et tué deux d’entre eux, un autre étudiant a été blessé à la tête. Plus de 40 étudiants ont été arrêtés (dont El Cochi) et les autres ont réussi à s’enfuir par les collines.

Un jeune au crâne rasé, comme tous les étudiants de première année, raconte que les policiers ont tiré de sang-froid. « Ils ont fait feu sur un copain presque à bout portant. La balle lui est entrée dans la mâchoire et lui a explosé la tête. Il était méconnaissable. Ils ont continué à tirer et nous avons pris la fuite comme nous avons pu. Nous étions cernés par des voitures de police, des policiers, et j’ai même vu des gens en civil. » »

– Courrier international. http://www.courrierinternational.com/article/2014/10/11/ayotzinapa-l-ecole-militante-des-etudiants-disparus

_DSC7227-webc _DSC7252-webc _DSC7257-webc _DSC7262-webc _DSC7265-webc _DSC7288-webc _DSC7294-webc _DSC7302-webc _DSC7314-webc _DSC7345-webc _DSC7357-webc _DSC7359-webc _DSC7364-webc _DSC7382-webc _DSC7398-webc _DSC7422-webc _DSC7428-webc


Image

Manifestation québécoise le jour d’Halloween: «L’austérité est une histoire d’horreur».

Diaporama

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sélection

_DSC3977-webc _DSC4038-webc _DSC4103-webc _DSC4136-webc _DSC4166-webc _DSC4216-webc _DSC4220-webc _DSC4249-webc _DSC4308-webc _DSC4534-webc _DSC4665-webc _DSC4763-webc _DSC4783-webc _DSC4872-webc _DSC4907-webc


Image

Seconde vigile de solidarité avec Guy Blouin à Place du Parvis dans St-Roch.

Seconde vigile de solidarité avec Guy Blouin, le cycliste tué lors de la manoeuvre d’une auto-patrouille du SPVQ le 4 septembre 2014 à l’angle des rues du Parvis et Saint-François.

_DSC5011-webc _DSC5014-webc _DSC5032-webc _DSC5033-webc _DSC5040-webc _DSC5048-webc _DSC5056-webc _DSC5059-webc

Le curé de St-Roch.

_DSC5113-webc _DSC5118-webc _DSC5147-webc _DSC5149-webc _DSC5185-webc _DSC5190-webc _DSC5199-webc _DSC5222-webc _DSC5227-webc _DSC5235-webc _DSC5244-webc _DSC5261-webc _DSC5269-webc _DSC5279-webc _DSC5284-webc _DSC5293-webc _DSC5314-webc

Une manifestation nocturne avait aussi lieue en soirée. Photos à venir. 🙂


Image

Première vigile de solidarité avec Guy Blouin à Place du Parvis

Marquage au sol laissé par l’équipe de reconstitutionnaliste de la Sûreté du Québec (SQ). On peut déduire la direction du véhicule autopatrouille du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), la direction du corps de la victime et son arrêt au sol, marqué par le cercle jaune.

_DSC4676-webc

_DSC4733-webc

_DSC4795-webc

Témoignages, indignation, colère et solidarité

_DSC4685-webc

_DSC4699-webc

_DSC4718-webc

_DSC4737-webc

_DSC4800-webc

_DSC4822-webc

_DSC4822b-webc

_DSC4845-webc

_DSC4877-webc

_DSC4885-webc

_DSC4896-webc

_DSC4904-webc

_DSC4944-webc

_DSC4949-webc

_DSC4958-webc

_DSC4967-webc

_DSC5001-webc

_DSC4990-webc

D’autres évènements de solidarité sont prévus le lendemain.


Image

Opération «Flânage citoyen» de la Ligue des droits et libertés

La Section de Québec de la Ligue des droits et libertés tenait le 26 juin dernier une activité de «Flânage citoyen» contre le profilage social. Selon leur porte-parole, Françoise Laforce, intervenante en judiciarisation, un règlement de la Ville interdisant de flâner, vagabonder ou dormir en public engendre une discrimination sociale envers des personnes sans-domicile fixe et marginaux parce que son application réprime des comportements qui leur sont pratiquement incontournables. S’ajoute à cela un endettement judiciaire supplémentaire puisqu’ils sont généralement incapables de payer les contraventions. De plus, ce règlement cautionne l’exclusion sociale au lieu de la mixité.

Article 5 du règlement 1091 sur la paix et le bon ordre de la Ville de Québec:

« 5. Il est interdit à une personne, sans motif raisonnable dont la preuve lui incombe, de flâner, de vagabonder ou de dormir dans une rue ou dans un endroit public.

Pour les fins du présent article, est considéré comme flânant ou vagabondant, une personne qui se trouve dans un des lieux mentionnés au premier alinéa, sans l’autorisation du propriétaire ou de l’occupant des lieux. La preuve de cette autorisation incombe à la personne considérée comme flânant ou vagabondant.

Une personne doit quitter les lieux lorsqu’elle est requise de le faire par le propriétaire ou l’occupant des lieux.

Selon un témoignage, des policiers en uniforme se seraient présentés tôt le matin et auraient effectués des contrôles d’identité de «flâneurs» de la Place du Parvis.

_DSC1654-webc _DSC1660-webc _DSC1664b-webc _DSC1674-webc _DSC1682-webc _DSC1685b-webc

Françoise Laforce, intervenante en judiciarisation à la Ligue des Droits et Libertés (Section de Québec)

_DSC1732-webcParmi les différentes activités de l’évènement, des citoyens en ont aussi profité pour préparer le Parvis en fête présenté par la Table de concertation L’EnGrEnAgE de Saint-Roch.

 


Image

L’école dans la rue du RÉPAC

Chaque année le Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (REPAC) 03-12 nous reviens avec l’une de leurs activités phares d’éducation populaire: L’école dans la rue. Le 10 juin dernier, à la Place du Parvis devant l’église St-Roch au centre-ville de Québec se tenaient une panoplie d’ateliers, d’animations et kiosques d’information de différents groupes communautaires et d’éducation populaire.

Programme:  (tiré de l’évènement Facebook)

Au programme : des ateliers et des kiosques d’ÉPA, un rallye, des conférences, une bouffe populaire, un coin enfant. La journée se terminera par un spectacle.
Une École dans la rue sur le thème de la mémoire populaire !
On ne va nulle part, si l’on ne se souvient pas d’où l’on vient. Par mémoire populaire, nous faisons référence aux luttes populaires qui ont permis de façonner notre société. Nous souhaitons faire une réflexion collective qui nous permette de mettre à profit les luttes passées pour préparer celles d’aujourd’hui.
Programmation:
14h00 Accueil – Animation- Rallye (tout le long de la journée)
14h10 Ateliers A- Ils sont fous ces gouvernements – Une aventure de théâtre populaire (ROSE du Nord)
Atelier B- Les luttes urbaines à Ste-Foy (CLAL)
14h45 Atelier A- Un syndicat pour les chômeurs et chômeuses : l’OBU et le mouvement des sans-travail à Montréal (Comité populaire St-Jean-Baptiste)
Atelier B- La souveraineté alimentaire et les relations Nord-Sud (Développement et paix)
15h00 Kiosques
15h20 Atelier A- Un portrait des luttes féministes d’hier à aujourd’hui (Mères et monde)
Atelier B- Une histoire des droits humains (Ligue des droits et libertés-section Québec)
16h00 Panel sur la mémoire populaire, avec Vivian Labrie, chercheure autonome, membre de l’équipe de recherche ÉRASME, Jean Cloutier, coordonnateur du Groupe de simplicité volontaire et administrateur des ATQ, Marc Boutin, géographe et journaliste pour droit de parole et Johanne Arseneault, animatrice à Mes amies de filles à CKIA.
17h00 Bouffe
18h00 Spectacle, avec Augustin Betchi et l’atelier de création du Centre Jacques-Cartier et compagnie

 

_DSC5856-web _DSC5860-web _DSC5888b-web _DSC5912-web _DSC5925-web _DSC5933-web _DSC5939-web _DSC5943-web _DSC5947-web _DSC5962-web _DSC5963-web _DSC5972-web _DSC5978-web _DSC5985-web _DSC5991-web _DSC5997-web _DSC6001-web